Pourquoi l’amour se transforme en dégoût et en haine ?

Au fil des années, il est possible de mener plusieurs relations sentimentales avec différents partenaires, et cela est tout à fait naturel. Quand ces relations cessent, cela provient souvent du manque de compatibilité entre les deux partenaires et du fait qu’ils arrêtent de s’aimer.

Pourtant, il arrive que certaines personnes affirment éprouver du dégoût vis-à-vis de leur ex-partenaire, est-il vraiment tout à fait possible ? Comment et quand est-ce qu’un sentiment aussi innocent que l’amour peut devenir du dégoût ou de la haine ?

Est-il possible que l’amour se transforme en dégoût ?

Il est possible de haïr la personne appréciée, étant donné que la haine et l’amour ont la même origine. En effet, les actions et les paroles de l’autre personne ont une influence considérable sur les sentiments. Par conséquent, lorsque l’être aimé comble les attentes, les émotions positives dominent. Cependant, lorsqu’il ou elle fait du mal, des sentiments de haine risquent d’apparaître.

Dans les faits, la haine surgit précisément parce que la personne est aimée et sensible à tout ce qu’elle entreprend à notre égard. En effet, sans amour, la personne serait totalement indifférente à ses actes et la haine ne serait donc pas possible.

Il ne faut donc pas craindre la haine qui surgit parfois dans l’amour. Cette haine ne signifie pas que la relation d’affection est altérée ou que la personne en question est un monstre insensible et malveillant. En revanche, il est plus sain de reconnaître la haine de la personne aimée et de reconnaître que celle-ci doit être gérée de manière à ce qu’elle ne détruise pas l’être aimé. Quand un amour est sincère, la haine n’est que temporaire et ne porte presque aucune trace.

Quand est-ce que l’amour se transforme en dégoût et en haine ?

Il est souvent dit que l’amour peut devenir du dégoût, une forme de haine ou simplement de l’indifférence, au moment où la relation de couple se termine. Pourtant, certains indicateurs permettent de repérer le moment où cela se produit. Il est donc possible de s’appuyer sur ces indices pour tenter de réparer l’erreur, à condition de considérer que cela vaut vraiment la peine.

Dans une relation amoureuse, l’un des principes veut que les deux parties veillent l’une sur l’autre, mais aussi sur elles-mêmes. Autrement dit, pour prospérer dans une relation, il est nécessaire que chaque personne se focalise sur ses propres besoins, tout en tenant compte des besoins de l’autre. Dès que cela prend fin, cela pose un problème, étant donné que les deux parties se sentent délaissées et non épaulées par le partenaire.

Les disputes consomment de l’énergie. Pourtant, le sentiment de dégoût vis-à-vis du partenaire peut amener à ne pas avoir envie de gaspiller même la plus infime quantité d’énergie. Ainsi, il peut éviter de faire des efforts pour se disputer.

Dans une relation, il existe encore d’autres marques de dégoût qui semblent sans importance, telles que :

  • le fait de ne plus se saluer, de ne plus se dire bonjour ;
  • ne plus chercher à savoir ce que pense et ressent l’autre personne ;
  • la volonté d’avoir toujours raison et ne pas admettre qu’on a tort.

Est-il possible d’aimer quelqu’un après avoir éprouvé du dégoût envers lui ?

Si la transformation de l’amour en haine est très commune, l’inverse est en revanche assez rare. Quand on éprouve le désir de détruire et de blesser l’autre, de l’écraser, lorsqu’on a nourri à son égard des fantasmes de violence meurtrière, il s’agit généralement là d’un point de non-retour. Il arrive néanmoins que des couples connaissent des phases de haine leur permettant de se mettre à distance et de mieux se retrouver.

Rappelons que la haine reste une émotion. La haine ne cesse de nous habiter. Certaines personnalités ne parviennent à vivre que par passion. Pour elles, il est préférable de haïr plutôt que de ne pas aimer. Ceux qui vont très mal sont ceux qui ne disposent d’aucun rapport affectif avec autrui. Sans la haine, il y aurait sans doute beaucoup plus de personnes dépressives.

Elle les empêche de sombrer dans le mépris de soi et de s’effondrer en morceaux. À partir du moment où la haine existe, il reste un lien. Elle permet à l’autre d’exister, on la conserve en soi même si le but est de la détruire, voire de l’annihiler, mais cela fait du bien.